15 mars 2019 La pyrale du buis toujours d’actualité dans le Lot

Depuis 2008, la Pyralle du buis grignote les feuilles de buis, en quelques heures il ne reste que le bois. Les feuilles ressortiront pour être de nouveau grignotées jusqu'à épuisement du plan, s'il n'est pas traité plusieurs fois par an. Il est inutile de raser vos buis, les feuilles ressortent si vous arrosez un peu mais régulièrement les plans qui ont été attaqués.Peut-être aurez-vous à les rabaisser en hauteur pour que la sève se concentre sur des rameaux moins longs !

Cette chenille asiatique, non urticante, est toxique pour les oiseaux et n'a donc pas de prédateurs est striée dans la longueur vert clair et foncé et noir, mesure 4/5 centimètres et semble ne se nourrir que de buis. Les nymphes, la tête en bas sont dans un cocon entre deux feuilles. Son papillon blanchâtre et bordé de noir à la lisière des ailes apparaît dès le printemps jusqu'en octobre.

On peut aussi détruire l'hiver, les toiles cocon de fils de soie infestés de déjections verdâtres/noires, ainsi que au printemps, les pontes à la base des feuilles !

Les papillons sont revenus. Ils sont présents de mars à septembre. Il est donc important de traiter par temps sec et à température supérieure à 15 degrés car les abeilles ne butinent plus à cette température. La Pyrale du buis a trois cycles de reproduction (printemps, juin, septembre).

Mettre des pièges à phéromones (et ça marche) puis dès l'apparition des premières chenilles traiter plusieurs fois.
M2I Biocontrol, entreprise de biotechnologie basée à Parnac depuis 2015, référente dans ce domaine, maintient sa campagne d’information auprès des collectivités, des particuliers sur les moyens efficaces de se prémunir efficacement, au moment opportun, des attaques de la pyrale. Aujourd’hui M2I Biocontrol continue ses recherches pour endiguer cette invasion. A l’heure actuelle il n’existe pas de chiffres officiels répertoriant les dégâts subis sur le Lot, mais deux programmes nationaux, Save Buxus et Ecophyto, suivent ce problème à l’échelle nationale ainsi que le réseau de surveillance FREDON qui recense les apparitions des différents insectes dans chaque région.

Ça marche, nos buis repartent. Il faut faire 3 traitements par an et bien recharger le piège

Une action collective de surveillance et de traitement sera préférable.