2018 Note de synthèse sur le compte administratif

Note de synthèse sur le compte administratif 2018


L’exercice 2018 de la commune d’Albas a enregistré 504 000 € de recettes de fonctionnement pour faire face à 435 000 € de charges de fonctionnement. La différence positive dégagée (69 000 €) est comparable à celle observée en 2017 (73 000 €).

Additionnée à l’excédent reporté de l’année précédente (184 000 €), elle vient constituer le résultat de l’exercice 2018 (253 000 €). Cette somme sert à couvrir le besoin de financement de la section d’investissement (121 000 €). Une fois ce besoin couvert, il reste une somme de 132 000 qui alimentera le budget 2019.


Du côté des dépenses de fonctionnement, la masse principale provient des charges de personnel. Avec un montant de 177 000 €, elles sont en augmentation par rapport en 2017. Cette augmentation, localisée principalement sur le poste « personnel contractuel » - en hausse de 25 000 € tient au remplacement auquel nous avons dû procéder au secrétariat de la mairie. En compensation de ce surcoût, nous avons enregistré en produit des indemnités journalières s’élevant à 26 000 €.

Les « charges à caractère général » qui s’élèvent à 119 000 € sont en retrait de 5% par rapport à 2017.

Au titre des « autres charges de gestion courante » (86 000 €), l’augmentation observée est liée à la charge du périscolaire qui a nécessité un surcroît d’encadrement.


Du côté des recettes de fonctionnement, il est à noter une hausse des produits de 33 000 €, du même ordre de grandeur que celle observée du côté des charges.

Outre l’effet « remboursement de salaires » mentionné ci-dessus, on a enregistré des recettes en légère augmentation au titre des impôts et taxes (312 000 € en 2018, contre 303 000 € en 2017).

S’agissant des impôts locaux proprement dits, l’accroissement de recettes (+6 000 €) est uniquement dû à l’effet « bases » puisque le niveau des taux d’imposition est resté inchangé d’une année sur l’autre. La recette au titre des droits de mutation reversés à notre commune a rapporté 2 000 € de plus que l’an dernier. A noter également un rattrapage de recette au titre de 2016 qui a apporté 1 000 €.

Les « dotations et participations » (98 000 €) sont restées stables.

En ce qui concerne la location des logements communaux, nous avons eu un bon taux de remplissage de nos appartements, lesquels ont généré 41 000 € de loyers à comparer à 35 000 € en 2017.


--------------


La section d’investissement a enregistré en produit un FCTVA de 24 000 € supérieur à celui de 2017. Le crédit relais à court terme de 20 000 € qui avait été sollicité il y a deux ans dans l’attente de cette recette  a été remboursé.

Le total des échéances en capital remboursées en 2018 s’est élevé à 62 000 €.

Au titre des opérations, 2018 a été marqué par l’achèvement de la maison du Pal opération pour laquelle, la commune a déboursé, sur l’exercice 2018, 14 000€ de dépenses résiduelles et a reçu 58 000 € de subventions. L’essentiel des subventions accordées à la commune a été perçu. La commune doit encore recevoir, au titre de cette réalisation, une subvention de l’Europe (Leader) de 26 000 €.

La nouvelle opération « Aménagement des espaces publics » inscrite au budget 2018 n’a pas encore enregistré de mouvement financier significatif sur 2018 et a été inscrite en « restes à réaliser », à hauteur de 112 000 €, pour l’exercice 2019.

Au total, les dépenses d’investissement effectivement décaissées par la commune s’établissent à 111 000 € tandis que les recettes d’investissement se sont élevées à 93 000 €.


S’agissant de l’endettement de la commune, il s’inscrit en baisse par rapport à 2017 avec un encours de 235 000 € au 31 décembre 2018 à comparer à 297 000 € à la fin de l’année précédente.

Par rapport à l’endettement des communes de taille comparable, Albas est en position favorable puisqu’elle se situe en dessous de la moyenne (440 € par habitant à Albas à comparer à 610 € par habitant pour les communes de taille comparable).

Sur les cinq dernières années, la commune a pu réduire son endettement de 25%, sans hausse des impôts locaux et tout en maintenant un niveau d’investissement significatif.